L’UFC-Que choisir grogne contre les banques

Une carte bleue traditionnelle coûte en moyenne à son détenteur environ 36 euros l’année, dont plus de la moitié demeure pour le moins injustifiée. C’est ce que relève aujourd’hui l’UF-Que Choisir qui évoque aussi des coûts bien trop élevés et souvent peu clairs dans notre pays. L’organisme, qui enfonce le clou en évoquant « l’archaïsme juteux d’un système » dont patissent les usagers, vient donc de formuler quelques propositions à destination du Ministère de l’Economie pour tenter de remettre les choses dans l’ordre.

Parmi celles-ci, la création d’une « carte responsable ». Dans l’hexagone, les transactions par CB s’opèrent offline depuis près de 40 ans, époque où les communications étaient bien plus élevées. Mais dans la majorité des pays de l’UE, on a opté pour le online qui, toujours selon l’UFC, assure que le compte est réellement approvisionné à chacune des opérations passées via sa CB, contrairement au offline. Or cette vérification électronique favorise nettement les usagers qui n’ont, de fait, plus à se soucier des frais récurrents engendrés par les découverts. Tant qu’on ne changera pas de système, poursuit l’UFC, les établissements bancaires ressortiront toujours vainqueurs.

Ceci a bien entendu fait aussitôt bondir la fédération bancaire française (FBF) qui a fait savoir qu’elle considérait au contraire cette solution beaucoup trop pénalisante pour les usagers et les commerces.

L’UFC poursuit en proposant d’annuler les commissions d’intervention qui se mettent en place dès qu’est relevé un incident et dont le coût s’élève en moyenne à 8 euros mais peut s’avérer en fait bien plus lourd avant que l’usager soit averti, même s’il verse déjà à sa banque des frais pour la tenue des ses comptes. Ceci vulnérabilisant encore davantage l’utilisateur qui s’en sort déjà difficilement. En ce sens, M.Bazot, président de l’UFC, souhaite davantage de clarté et de proximité des banques vis-à-vis de leurs clients afin que ces derniers puissent être plus réactifs et mieux accompagnés.

Un des nombreux points noirs relevés par l’UFC concerne les  «cartes surdimensionnées aux besoins réels des clients », car ces derniers n’exploitent en fait même pas le quart des possibilités de leur CB. Voilà pourquoi l’UFC prône la création d’une carte modulable internationale dont les clients pourraient acquérir la version nationale moins onéreuse mais parfois encore difficile à obtenir lorsqu’on la réclame.

Un autre point négatif concerne le quart des usagers ayant droit a des découverts non autorisés qui versent plus de 2,5 milliards d’euros/an de frais d’incidents à leurs établissements bancaires alors que la gestion de ces derniers ne représenterait que 459 millions pour les banques dont plus de 170 pour les seules commissions d’intervention.

La FBF se montre sceptique quant aux chiffrages avancés par l’UFC et défend l’idée que les frais engendrés par les nouvelles technologies mises en place, la sécurité des clients et la bonne maintenance des 55 000 DAB demeurent très importants. Elle ajoute aussi qu’une enquête d’Eurogroup datée de la fin de l’année dernière estimait que la seule administration des liquidités servant à faire vivre les DAB se montait à quelques 3 milliards d’euros chaque année pour les établissements bancaires nationaux.

D'autres news sur cette banque en ligne:


L’assurance auto en ligne : Comment bien choisir ?

Aujourd’hui, pour souscrire une assurance auto on peut faire le tour des courtiers ou des assurances et comparer (Lire la suite…)

Comment faire pour transférer de l’argent d’une banque en ligne à une autre?

Il est facile de transférer de l’argent d’une banque en ligne à une autre. Il suffit de suivre (Lire la suite…)

Quelle assurance choisir pour un garage de voiture ?

Vous habitez dans une grande ville comme par exemple Paris, Lyon ou encore Toulouse ? Et de ce (Lire la suite…)

Réclamation achat en ligne : que faire ?

Grâce aux achats en ligne, il est plus facile que jamais de faire de bonnes affaires. Mais si (Lire la suite…)