Le CCSF préconise la disparition du chèque provoquant l’inquiétude des associations de consommateurs

Apparu en France en 1826, le chèque reste, malgré son ancienneté, un moyen de paiement particulièrement prisé des Français, représentant encore aujourd’hui 18,31 % des transactions réalisées, loin devant le Royaume-Uni, deuxième utilisateur de ce moyen de paiement en Europe, où celui-ci ne représente plus que 8 % des mouvements enregistrés, marquant toutefois un net recul par rapport à 1991, où celui-ci représentait, dans notre pays, plus de la moitié des échanges, poussant ainsi un certain nombre d’acteurs du secteur économique à envisager, comme cela est déjà le cas, en Belgique, le retrait de ces formules à plus ou moins long terme.

Entendant, dans ce contexte, disposer d’une image claire de la situation afin de préparer au mieux la transition vers un nouveau moyen de paiement, le Ministère de l’Économie et des Finances a ainsi chargé le Comité Consultatif du Secteur Financier, dirigé par Georges Pauget, ancien Directeur Général du Crédit Agricole, de réaliser une enquête concernant les moyens de paiement utilisés par les Français, dont la conclusion est sans appel, celui-ci envisageant de diminuer de moitié le recours au chèque d’ici à 2017, appelant ainsi l’ensemble des acteurs du secteur économique à se mobiliser pour trouver de nouvelles alternatives à ce moyen de paiement.

Représentant une dépense variant en moyenne de 0,50 € à 1 € par formule traitée, le chèque constitue, encore aujourd’hui, pour les établissements bancaires, une source de dépenses particulièrement importantes, s’étant élevé, pour l’année 2010, à plus de 2,5 milliards d’euros, alors que, sur la même période, les cartes bancaires et virements généraient des revenus de respectivement 2,6 et 0,7 milliards d’euros, incitant donc les établissements bancaires, qui subissent aussi la concurrence de nouveaux arrivants, tels que PayPal, et Google Wallet, à encourager leurs usagers à s’orienter vers de nouveaux moyens de paiement pour réaliser des transactions jusque-là effectuées à l’aide d’un chèque.

Misant donc, de manière importante, sur la mise en place de nouvelles solutions, comme le paiement sans contact et le développement de solutions permettant la réalisation de transactions en ligne de manière toujours plus sécurisée, les professionnels du secteur entendent bien faire diminuer de moitié, en seulement cinq ans, le volume de chèque émis en France, cette ambition pouvant paraître particulièrement élevée lorsque l’on prend en compte qu’il aura fallu plus d’une dizaine d’années pour atteindre l’objectif précédemment fixé, qui était de réduire de moitié l’utilisation, par les Français, de ce moyen de paiement en faveur des prélèvements et des virements.

Constituant un changement particulièrement marquant dans le secteur des services bancaires, l’abandon du chèque reste aussi un sujet de préoccupation pour les organisations de consommateurs et d’usagers, telles que l’UFC – Que Choisir, qui n’a pas manqué de mettre en garde le grand public contre la disparition d’un moyen de paiement gratuit pour les clients des établissements bancaires, au profit de solutions bien souvent liées au versement d’une cotisation, démarche qui pourrait ainsi entraîner une nouvelle hausse des frais bancaires pour l’ensemble des usagers, malgré les recommandations du rapport du CCSF préconisant l’instauration de moyens de substitution sans frais.

D'autres news sur cette banque en ligne:


Réclamation achat en ligne : que faire ?

Grâce aux achats en ligne, il est plus facile que jamais de faire de bonnes affaires. Mais si (Lire la suite…)

Une vente privée à saisir sur le PEL BNP Paribas

Profitant de sa plate-forme en ligne pour mettre en place des offres toujours plus attractives, BNP Paribas propose (Lire la suite…)

Vente flash Assurance Auto chez BNP Paribas

Du 1er au 9 juin 2013 et uniquement en exclusivité sur Bnpparibas.net profitez de deux mois de réduction (Lire la suite…)

Pourquoi bloquer un paiement contre un plombier ?

Lorsque vous sollicitez un plombier pour un dépannage, celui-ci vous donnera non seulement la cause de la panne, (Lire la suite…)